Institut canadien de recherche sur le processus de handicap (ICRPH)

by Karen Blackford, Patrick Fougeyrollas | Sep 01, 1999

La problématique

Un problème fondamental de la société canadienne est l’exclusion systémique et interpersonnelle des personnes ayant des incapacités. Le processus d’oppression du handicap est une expression englobante visant à décrire précisément les obstacles vécus par les personnes ayant des incapacités.

Celles-ci ont été historiquement stigmatisées et désavantagées sur le plan économique, sur le plan des politiques et programmes gouvernementaux et dans la société civile (Oliver, 1990, Abberley, 1987).

Par exemple, lorsque comparées à la population générale ayant le même niveau d’éducation et d’expérience, l’on constate que les personnes ayant des incapacités sans emploi sont deux fois et demi plus nombreuses à chercher du travail (Annable, 1999). Ces statistiques impressionnantes n’incluent même pas la population encore plus nombreuse des personnes ayant des incapacités qui sont considérées comme ne faisant pas partie de la main-d’oeuvre et qui ne cherchent pas activement un emploi. Les membres de ce dernier groupe vivent habituellement dans la pauvreté avec de maigres allocations. Les nombreux désavantages, incluant la pauvreté, placent cette population à haut risque d’une mauvaise santé.

Cet Institut s’appuie sur une prise de conscience de la nécessité de repenser cette problématique sous l’angle d’une urgence sociétale majeure dans le domaine de la santé au cours des trente (30) prochaines années, c’est-à-dire l’augmentation du taux de prévalence de la chronicité, des limitations fonctionnelles et du vieillissement de la population. Les personnes ayant des incapacités constituent environ 16% de la population canadienne. En fait, l’incapacité est une réalité qui concerne une forte majorité de la population à un moment ou l’autre de leur vie.

La recherche sur le processus de production du handicap porte sur les problématiques concernant tous les types de déficiences. Traditionnellement, les recherches qui ont pris en considération les personnes ayant des incapacités les ont plutôt identifiés comme étant un groupe monolithique.

Toutefois, la diversité des expériences ainsi que les degrés et spécificités de l’exclusion et de la stigmatisation vécues par les personnes ayant des incapacités ont été largement négligées. Par exemple, les femmes et les autochtones ayant des incapacités sont des personnes doublement marginalisées, une problématique qui se doit d’être étudiée dans le contexte de la recherche interdisciplinaire.

Le processus de production du handicap est devenu un secteur significatif de recherche au courant des trente (30) dernières années. Il existe en ce moment un vaste réseau potentiel de chercheurs qui sont activement impliqués dans le domaine de la recherche multidisciplinaire touchant à tous les aspects du processus de handicap. À titre d’indicateur de l’ampleur de ce réseau, on peut donner comme exemple le développement des Centres de recherche interdisciplinaire en réadaptation et intégration dans la province de Québec, le projet de Consortium canadien en sciences de la réadaptation, le Réseau de recherche sur la participation sociale (RPS) et le réseau de chercheurs et organismes canadiens au Canadian Center on Disability Studies (CCDS). Le projet d’Instituts canadiens de recherche sur la santé fournit ici une occasion unique de formaliser ce réseau et de mettre en place un processus pour la recherche interdisciplinaire et multisectorielle sur le processus de handicap.