Centre hospitalier de l'Université de Montréal (QC)

  • Jean-François Fortin Verreault, Directeur adjoint, Ressources humaines, Centre hospitalier de l'Université de Montréal, Montréal, Québec

Améliorer l’accès aux soins en augmentant l’attraction et la rétention des infirmières

L’accessibilité et la qualité des soins et services sont des enjeux cruciaux du système de santé. Ces enjeux sont systémiques et sont influencés par une multitude d’éléments. Un des facteurs qui contribuent à influencer la performance est la disponibilité de la main-d’œuvre.

D’ailleurs, actuellement partout au Canada la disponibilité de la main-d’œuvre infirmière est un enjeu majeur. Cet enjeu ira en grandissant au cours des prochaines années étant donné le vieillissement de la population, l’augmentation de la demande de soins de santé, particulièrement au niveau des maladies chroniques, les départs massifs à la retraite et la diminution du bassin de jeunes disponibles. Conséquemment, l’attraction et la rétention de la main-d’œuvre est critique pour le réseau de la santé ainsi que pour les établissements.

Le projet d’intervention visait à améliorer l’accessibilité aux soins en augmentant la satisfaction et le nombre de stagiaires en soins infirmiers et en améliorant la rétention des infirmières nouvellement embauchées au Centre hospitalier de l’Université de Montréal, le CHUM. Plus précisément, le projet avait pour objectif d’améliorer le nombre de stagiaires du baccalauréat en soins infirmiers ainsi que d’améliorer la satisfaction des stagiaires. Pour ce qui est de la rétention, l’objectif était d’améliorer à la fois la rétention après les trois premiers mois et après 18 mois.

Le plan d’action du projet d’intervention s’est inspiré de la littérature sur la rétention, l’engagement, les départs volontaires et les magnets hospitals. Le cadre théorique utilisé comporte trois grandes composantes : le diagnostic, les actions organisa-tionnelles et les actions touchant l’engagement individuel. Une méthodologie de gestion de changement et de gestion de projet a été utilisée pour réaliser le projet.

Le projet d’intervention a permis d’augmenter de :

  • 90 à 120 le nombre de stagiaires en première année du baccalauréat;
  • 50 % à 92 % la satisfaction des stagiaires;
  • 80 % à 88 % la rétention après 3 mois;
  • 56 % à 64 % la rétention après 18 mois.

Pour assurer la pérennité du projet, des actions structurantes ont été réalisées notamment la révision des responsabilités, la mise sur pied de systèmes de mesure et la création d’un groupe permanent.

L’implantation par tous les milieux d’une stratégie de main-d’œuvre guidée par les données probantes provenant de la recherche et accompagnée par une stratégie de gestion de changement rigoureuse pourrait certainement aider, toutes choses étant égales par ailleurs, à améliorer les enjeux d’accessibilité et de qualité dans le réseau de la santé.